Les dessins de Cézanne: du conformisme à la liberté créatrice

Les dessins de Cézanne : du conformisme à la liberté créatrice

  François Chédeville

Cette petite étude pour tenter de rendre intelligible de façon très simplifiée quelques lignes d’évolution du dessin chez Cezanne, en réponse à un ami qui reprochait à Cezanne de ne pas savoir dessiner. Ce reproche assez commun est tout de même paradoxal compte tenu de l’abondance de sa production connue (plus de 1500 dessins) – et comme on sait combien il était peu soigneux ni soucieux de conserver ses œuvres, on peut supposer que sa production réelle a dû être au moins du triple. Lui-même devait donc penser qu’il savait dessiner pour s’être acharné sur ce medium avec tant de constance, à raison d’un dessin par jour en moyenne chaque jour de sa vie… Sont reproduits ici sous forme d’imagettes quelques dessins pour jalonner le parcours. Bien entendu, il faut les voir en vraie grandeur pour pouvoir juger réellement de la pertinence du propos et des évolutions d’un dessin à l’autre (cliquer sur l’imagette pour voir le dessin en vraie grandeur).

1)    Jusqu’à 25 ans, Cezanne reste peu ou prou dans la tradition apprise à l’école de dessin d’Aix. Ses académies témoignent d’une bonne maîtrise des techniques fondamentales du dessin, avec une progression potentielle dont rien n’indique qu’elle n’était pas à sa portée.

C0055 Étude de femme drapée, assise 58-61

C0055 Étude de femme drapée, assise 58-61

C0073 Dessin à partir d’un moulage en plâtre d’un buste sacré antique 58-60

C0073 Dessin à partir d’un moulage en plâtre d’un buste sacré antique 58-60

C0074 Dessin d'un moulage en plâtre torse de femme c60

C0074 Dessin d’un moulage en plâtre torse de femme c60

C0078 Académie d'homme, vue de dos c62

C0078 Académie d’homme, vue de dos c62

CS1865-67 Modèle assis-Homme nu 65-67

CS1865-67 Modèle assis-Homme nu 65-67

C0100 Homme nu accoudé 63-66

C0100 Homme nu accoudé 63-66

C0101 Modèle nu assis accoudé c63

C0101 Modèle nu assis accoudé c63

2)    Mais comme il s’ennuie dans cette voie, il commence entre 25 et 30 ans à chercher d’autres façons d’exprimer le mouvement, et sous l’influence notamment de Delacroix, il tente la voie de la dissolution progressive du contour :

C0106 Homme nu étendu sur le dos 65-67

C0106 Homme nu étendu sur le dos 65-67

C0081 Homme étendu sur le sol 62-65

C0081 Homme étendu sur le sol 62-65

C0113 Homme allongé 65-70

C0113 Homme allongé 65-70

C0192 Études de personnages en mouvement 66-69

C0192 Études de personnages en mouvement 66-69

Ce dernier dessin représentant un aboutissement sans issue, il cherche parallèlement, dans ses copies notamment, à trouver un bon équilibre entre trait classique et « tremblé » de la ligne censé mieux servir la représentation du mouvement :

–       dans les portraits :

C0144 Étude d'une femme et autre esquisse 57-60 et 64-67

C0144 Étude d’une femme et autre esquisse 57-60 et 64-67

C0155 Portrait de Delacroix 64-66

C0155 Portrait de Delacroix 64-66

C0229 Tête d'Achille Emperaire 67-70

C0229 Tête d’Achille Emperaire 67-70

–       dans des copies :

C0218 Femme debout, connue comme La Musicienne 66-69

C0218 Femme debout, connue comme La Musicienne 66-69

C0168 Les Noces de Cana, d'après Véronèse 66-69

C0168 Les Noces de Cana, d’après Véronèse 66-69

C0167 La Mise au tombeau, d'après Delacroix 66-67

C0167 La Mise au tombeau, d’après Delacroix 66-67

–       dans la représentation du corps nu. S’il est parfois tenté par un retour à la ligne pure, cela ne dure guère et il finit par trouver la bonne mesure de « tremblement » qui convient à son désir de rendre avant tout la dynamique des corps :

C0085 Vénus d'après Raphaël 66-69

C0085 Vénus d’après Raphaël 66-69

Ch0182
C0205 Dessin académique - Homme nu en position de rameur 67-69

C0205 Dessin académique – Homme nu en position de rameur 67-69

C’est aussi le moment où il expérimente les ombrages réalisés à partir de lignes croisées ou de traits parallèles plutôt que par frottis ou taches de gris progressifs :

C0210r Cheval turc à l'écurie, d'après Géricault 67-71

C0210r Cheval turc à l’écurie, d’après Géricault 67-71

3)    Entre 30 et 40 ans, il maîtrise de mieux en mieux sa technique propre faite d’équilibre entre la ligne pure classique et la ligne fluide, multipliée et dynamique qu’il a recherchée jusque là. Ceci se voit :

–       Dans les scènes de groupe :

Du fluide…

C0190 Composition à cinq personnes 68-71.jpg

C0190 Composition à cinq personnes 68-71.jpg

…au tremblé…

C0258 Étude pour L’Éternel Féminin 70-75

C0258 Étude pour L’Éternel Féminin 70-75

 …à l’équilibré.

C0252 Étude pour La Conversation. 71-73

C0252 Étude pour La Conversation. 71-73

–       Dans les nus :

C0262 Femme allongée vue de dos 71-74

C0262 Femme allongée vue de dos 71-74

C0307 Vénus de Milo, d'après l'antique 72-73

C0307 Vénus de Milo, d’après l’antique 72-73

C0363 Page d'études c76 et c83 et c85.jpg

C0363 Page d’études c76 et c83 et c85.jpg

Ch0311

évolution culminant dans ce magnifique baigneur :

C0424 Baigneur debout vu de dos 75-78

C0424 Baigneur debout vu de dos 75-78

–       Dans les portraits :

C0295 Portrait du Dr. Gachet c73

C0295 Portrait du Dr. Gachet c73

C0298 Portrait de Camille Pissarro c73

C0298 Portrait de Camille Pissarro c73

C0398 Page d'études avec Mme Cézanne cousant 77-80

C0398 Page d’études avec Mme Cezanne cousant 77-80

–       Dans les paysages, où les ombrages réalisés par traits parallèles ou croisés sont variés, mais parfaitement maîtrisés :

C0121 Paysage à L'Estaque 70-72

C0121 Paysage à L’Estaque 70-72

C0123 Paysage avec peuplier 73-76

C0123 Paysage avec peuplier 73-76

C0766 Maison et arbres 77-80 CV 08V

C0766 Maison et arbres 77-80 CV 08V

C0763 Le bassin au Jas de Bouffan 77-80

C0763 Le bassin au Jas de Bouffan 77-80

Comme on le voit, ces procédés non classiques ne s’opposent nullement à l’effet de précision du dessin ; en témoignent d’ailleurs un certain nombre de représentations d’objets familiers :

C0540 Réchaud et pot à lait 79-82

C0540 Réchaud et pot à lait 79-82

4)    Après la phase d’équilibre des années 70, la décennie suivante témoigne d’une nouvelle liberté dans le traitement des sujets, dont la gamme se resserre :

–       Les nus s’envolent dans de grands mouvements lyriques, avec une économie de moyens de plus en plus grande :

C0494 Le Dieu fleuve, d'après Delacroix 78-81 CII 04R

C0494 Le Dieu fleuve, d’après Delacroix 78-81 CII 04R

C0489 Bellona, d'après Rubens 79-82

C0489 Bellona, d’après Rubens 79-82

C0571 L'Écorché, d'après Michel-Ange 79-82 ou c81 CII 23V

C0571 L’Écorché, d’après Michel-Ange 79-82 ou c81 CII 23V

C0569 L'Écorché, d'après Michel-Ange 79-82 ou c80 CII 19R

C0569 L’Écorché, d’après Michel-Ange 79-82 ou c80 CII 19R

–       Les portraits (essentiellement dédiés à la famille proche durant cette période) se simplifient, gagnent en expressivité et en présence et s’imposent au spectateur par leur concision même :

C0614 autoportrait 80-82

C0614 autoportrait 80-82

CS1880 A Tête (de Madame Cézanne) c80

CS1880 A Tête (de Madame Cezanne) c80

C0615 Autoportrait et portrait du fils de l'artiste 80-82 ou c80 CII 21R

C0615 Autoportrait et portrait du fils de l’artiste 80-82 ou c80 CII 21R

CS1882-85 A Portrait d'Emile Zola, tête d'homme barbu 82-85

CS1882-85 A Portrait d’Emile Zola, tête d’homme barbu 82-85

C0836 Portrait du fils de l'artiste c83

C0836 Portrait du fils de l’artiste c83

–       Les paysages quittent progressivement la précision géométrique des représentations de bâtiments pour exprimer de plus en plus la profusion désordonnée du règne végétal, et ceci paradoxalement selon une technique  de stylisation conférant au dessin une grande netteté :

C0806 Tours, vue au-dessus des toits 80-82

C0806 Tours, vue au-dessus des toits 80-82

C0792 Dans la forêt 80-83

C0792 Dans la forêt 80-83

C0815 Vue de L'Estaque 81-84

C0815 Vue de L’Estaque 81-84

C0878 Arbres et toit 82-83

C0878 Arbres et toit 82-83

C0644 Plantes dans un vase de fleurs suspendu 83-86 CV 11V

C0644 Plantes dans un vase de fleurs suspendu 83-86 CV 11V

C0890 Arbres et arbustes 83-87

C0890 Arbres et arbustes 83-87

C0916 L'Avenue du Jas de Bouffan 84-87

C0916 L’Avenue du Jas de Bouffan 84-87

–       Les objets sont représentés avec la plus grande liberté, depuis le traitement par lignes ondulées continues jusqu’aux réseaux de petits traits parallèles ou croisés :

C0955 Lampe à pétrole 84-87

C0955 Lampe à pétrole 84-87

CS1885-90 D Vanité 1885-90

CS1885-90 D Vanité 1885-90

5)    Des années 90 à la fin, Cezanne concentre encore davantage ses sujets, privilégiant la figure humaine par rapport aux autres thèmes.

–       Dans les portraits (ou copies de statues) le trait est devenu totalement libre de toute contrainte et utilise indifféremment tel ou tel procédé, produisant un effet à la fois de sobriété et de richesse du modelé pour donner du volume :

De l’épure…

C1018 Voltaire, d'après Houdon c90

C1018 Voltaire, d’après Houdon c90

…par l’ombrage…

C1015 Femme penchée en avant 90-94

C1015 Femme penchée en avant 90-94

… à la liberté des formes…

C1027 Pierre Mignard, d'après Desjardins 92-95

C1027 Pierre Mignard, d’après Desjardins 92-95

C1033 Le Grand Condé, d'après Coysevox 92-95

C1033 Le Grand Condé, d’après Coysevox 92-95

…à la richesse du modelé…

C1105 Cardinal Richelieu, d'après Le Bernin 94-98

C1105 Cardinal Richelieu, d’après Le Bernin 94-98

C1136 Buste de l'empereur Septimius, d'après l'antique 96-99

C1136 Buste de l’empereur Septimius, d’après l’antique 96-99

…vers la sobriété finale.

Ch1212

–       Dans les paysages, même variété des moyens utilisés au service de l’expressivité de la nature :

C1166 Maisons et arbres dépouillés 92-96

C1166 Maisons et arbres dépouillés 92-96

C1180 Étude d'arbre 96-99

C1180 Étude d’arbre 96-99

–       Les objets ont pratiquement disparu ; dans le très simple crâne (en apparence) représenté ci-dessous, on pourrait voir un condensé de ses moyens techniques.

C1214 Crâne sur une table 00

C1214 Crâne sur une table 00

On constate en effet que Cezanne utilise avec une grande sobriété tous les moyens du dessin :

  • la ligne classique simple pour le devant de la table, stabilisant le support,
  • le trait redoublé pour le crâne lui conférant une présence vibrante – en contraste avec le sujet même,
  • la ligne ondulée le long d’un rideau depuis le front du crâne vers le haut comme pour renforcer la vie qui émane de cet objet,
  • le traitement des ombres par le frottis classique auquel il recourt comme il l’a appris il y a des lustres à l’Académie de dessin d’Aix, avec légèreté à l’arrière du crâne pour projeter sa face lumineuse en avant, et plus lourdement sous la table pour renforcer sa solidité, ou pour marquer les plis verticaux du rideau et leur ondulation qui souligne la vie de cet objet,
  • les hachures très légèrement obliques dans le même rideau au-dessus du milieu de crâne, dont il a tellement fait usage depuis qu’il les a expérimentées dans les années 70, et qui stabilisent le mouvement vibrant du crâne qui sans elles semblerait emporté dans le mouvement ascendant des plis verticaux du rideau.

Qui oserait encore prétendre que Cezanne ne savait pas dessiner ?

Posted by François Chedeville



Categorie:X03- Arte moderna europea - European Modern Art

Tag:

Rispondi

Inserisci i tuoi dati qui sotto o clicca su un'icona per effettuare l'accesso:

Logo di WordPress.com

Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione /  Modifica )

Google photo

Stai commentando usando il tuo account Google. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto Twitter

Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione /  Modifica )

Foto di Facebook

Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione /  Modifica )

Connessione a %s...

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: